Skip to content

L'ETOILE DU BERGER... Une Thérapie de l'âme...

En quelques mots pour ne (surtout) pas... me définir

Je m'appelle Frédérique Pastor, j'ai 50 ans. J'habite un petit village de l'Entre-deux-Mers, en Gironde.

Loin des clichés du New age, des madame Irma et autres... j'essaie de pratiquer une médiumnité du coeur, que je qualifierais d'holistique et de thérapeutique, tournée vers l'écoute et le non-jugement et éclairée par mes connaissances en psychologie des profondeurs et par le concept d'inconscient collectif qui sous-tend notre humanité.

Officiellement:

Issue du champ de l'éducation populaire, je fus animatrice du livre et conteuse, avant d'effectuer la majorité de ma carrière dans la fonction publique territoriale en tant que responsable d'une structure Petite Enfance.

Formée à la relation d'aide et à l'entretien centré sur la personne, je fais une psychanalyse jungienne qui durera 6 ans, puis j'obtiens une certification de psychothérapeute en thérapie brève  (école AIRE de Roanne) en 2013.

Officieusement:

Enfant solitaire, dotée d'une sensibilité exacerbée et étourdie à l'extrême, mes journées sont régulièrement parcourues d'expériences parapsychiques tantôt effrayantes (je vois des personnes que les autres ne voient pas), tantôt merveilleuses (une connexion intense aux énergies de la nature et à toute vie, la sensation d'être constamment aimée et guidée). On s'inquiète de mon imagination débordante et de ma persistance à ne pas toucher terre, mon "QI" s'avère  "élevé", tout le monde est rassuré. J'apprends à vivre entre les deux mondes et surtout, j'apprends à me taire.

Les années passent, le rationnel a pris le dessus et la maternité m'entraîne vers des contrées plus ancrées, pleines d'un amour pragmatique et rassurant. Par ailleurs, les combats que je mène dans le cadre de mon travail pour l'avènement d'une éducation bienveillante prennent tout le reste de mon temps.

Et puis... voilà qu'à la suite d'une épreuve de vie difficile (bénie aujourd'hui), une expérience spirituelle que je qualifierais d'extatique va bouleverser -par une nuit de 15 septembre 2013, entre 23h40 et 00h exactement- ma vie dans ses moindres fondements, jetant aux orties mes croyances limitantes et me ramenant aux sources des perceptions de mon enfance et adolescence, vers une médiumnité spirite dont j'avais jusque là ignoré le nom. Un livre sur cette histoire est en cours d'écriture. Un blog verra bientôt le jour.

Depuis, il m'a fallu traverser une forêt de rencontres pour arriver jusqu'à vous! Pour la plupart lumineuses (merci Tatiana, Chantal, tous ceux de l'association Cyclamen de Bazas) et de lectures (afin de comprendre ce qui m'arrivait puis de désapprendre ce que je venais tout juste de lire...), quelques médiumnités en salle riches en émotions, chargées d'amour, à affronter le trac, à bénir mille fois pour les messages reçus de nos chers "disparus".

Malgré les dernières découvertes en physique quantique, la tâche reste rude, dans un monde où scientisme et cartésianisme règnent en maîtres sans partage sur une réalité se devant d'être empirique, perceptible à l’œil nu et par le seul trou de serrure du mental... A défaut de ne plus pouvoir les brûler, les médiums sont sous le feu roulant de la raillerie, des critiques et des peurs. De l'autre côté, nous catalysons exagérément l'espoir et les attentes d'une société malade de s'être coupée de la nature et de ses valeurs spirituelles. Cette quête de sens fait les choux gras d'un charlatanisme mercantile et dangereux, rendant nos voix encore moins crédibles et audibles.

Chaque médium étant unique dans son expérience d'éveil, dans sa sensibilité et dans son approche, je ne peux témoigner qu'en mon nom, du Lieu où je me trouve, la Vérité étant un diamant doté de mille facettes se reflétant elle-même dans mille autres.

Il est difficile pour moi de parler des anges et autres entités magnifiques du panthéon de l'amour  inconditionnel. On a tant dit, tant écrit, tant affirmé, tant colporté, informé, déformé et récupéré...

Pourtant... ils sont bien là, constamment, patiemment, à nous aimer, nous protéger, souffrir avec nous et surtout rire avec nous, car le Divin n'est que JOIE.

" La joie est le plus court chemin menant au cœur" m'a dit un jour mon Guide. Le lendemain de ce message, je tombais sur cette phrase de Frédéric Lenoir :

"La dualité humaine n'est pas entre le corps et l'esprit mais entre la tristesse et la joie"

Puissiez-vous être en chemin vers la Joie.

 

 

Je remercie l'artiste et ami Mickaël Minarie qui a signé toutes les photos de ce site, pour sa gentillesse et la capacité qu'il a eu à entrer dans mon univers avec patience et talent.

"La joie est le plus court chemin menant au coeur"